Glossaire


Qui sommes nous ?
André BURCKEL Pharmacien biologiste
Marc DUMONT Médecin
Prévention hygiéno-diététique des cancers
Prévention : les étapes
Actualités
Les acides gras
Glossaire
Glossaire
Contacts
Vous désirez nous écrire ?
Liens favoris

Glossaire

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
ADN : acide désoxyribonucléique ; molécule de plus d’un mètre de long si on la déroule qui est compactée dans le noyau sous la forme des chromosomes. Elle est le support réel de la mémoire cellulaire. Cette mémoire est constituée des gènes et de ses parties qui interagissent avec les mécanismes cellulaires de lecture de l’ADN pour aboutir à sa traduction.
 
Antioxydant(s) : éléments essentiellement issus de l'alimentation ou donnés sous forme de complément alimentaire. Ils ont comme rôle de protéger l’organisme des effets négatifs de l'oxydation.
 
Anthocyanes : pigments allant du rouge au bleu, faisant partie de la classe des flavonoïdes, contenus dans de nombreux végétaux comme les myrtilles, mûres, raisins, aubergines, prunes… Ce sont des molécules aux propriétés antioxydantes, et également utilisées dans le domaine des fonctions circulatoires.
 
Apoptose : sorte de mécanisme de suicide cellulaire ne résultant pas directement d’une agression, à la différence de la nécrose ; ce mécanisme permet de faire disparaître des cellules usagées, superflues ou dangereuses pour l’organisme.

Apport quotidien recommandé  (A.Q.R.) : quantité maximum de chaque micronutriment (exemple sélénium, vitamine B9…) qui peut être  apportée par un complément alimentaire.  Cette quantité est fixée par la législation française et/ou européenne.
 
Béta-carotène : pigment orange qui fait partie d'une famille de pigments appelés caroténoïdes. Précurseur de la vitamine A. On en trouve beaucoup dans les carottes. C'est un antioxydant, et il manifeste de nombreuses autres propriétés.
 
Biothérapies : utilisation thérapeutique d’une substance propre à l’organisme ou au contraire moyen d’éliminer une telle substance. A la différence des médicaments classiques, ces biothérapies sont obtenues grâce aux techniques de manipulations génétiques cellulaires ou bactériennes.

Carcinome : cancer développé à partir d'un tissu épithélial (peau, muqueuses). « Les carcinomes cutanés sont généralement de bon pronostic, mais leur caractère récidivant et  multiple et le fait qu’ils touchent davantage une population âgée donc fragile font qu'ils représentent encore un grave problème de santé publique (Source : Basset- Séguin et collaborateurs, Hôpital Saint-Louis…) ».
 
Cardio-vasculaire (maladies cardio-vasculaires) : il existe de nombreuses maladies cardio-vasculaires, elles ne se limitent pas seulement aux infarctus. On peut citer (non exhaustif) : l'infarctus, l'angine de poitrine, la mort subite, les accidents vasculaires cérébraux...
 
Caroténoïdes : pigments rouges, jaunes et oranges présents dans les fruits ayant les mêmes couleurs et les légumes à feuilles vert foncé. Ce sont des antioxydants, et ils développent de nombreuses autres propriétés.
 
Cellule : unité constitutive de la vie, elle est au biologiste ce qu’est une particule au physicien. De la taille de l’ordre de 1/100 mm, elle est constituée schématiquement d’une membrane qui limite un cytoplasme où se passent les réactions biochimiques et d’un noyau où se trouve l’ADN siège de la mémoire cellulaire.
 
Cellule souche : cellule mère à l’origine, par multiplication, des cellules fonctionnelles d’un ou de plusieurs types particuliers, comme la reine de la ruche en quelque sorte.
 
Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) : atteinte dégénérative de la rétine qui provoque la perte progressive de la vision centrale en laissant intacte la vision périphérique. La DMLA  atteint la macula, zone centrale de la rétine, responsable de l'acuité visuelle. Dans les pays occidentaux, la DMLA est la cause principale de perte sévère de la vision chez les personnes de plus de 50 ans.
 
Diététique : synonyme de nutrition.
 
Enquête alimentaire : informations recueillies sur les aliments (nature et quantité) consommés sur une période allant de sept à 21 jours, par des personnes participant à des études épidémiologiques ou d’interventions. Elle permet d'estimer d'éventuels apports alimentaires inférieurs aux apports nutritionnels conseillés ou déséquilibrés.
 
Étude épidémiologique : étude des relations pouvant exister entre certains facteurs (environnement, habitudes hygiéno-diététiques…) et la survenue de maladies. Si un facteur est identifié comme participant à la mise en place d’une maladie il est encore appelé facteur de risque ou facteur causal.
 
Étude d'intervention nutritionnelle : étude mise en place, sur des groupes de populations, pour tester  par rapport à un placebo l'efficacité d'un ou de plusieurs éléments supposés être actifs dans la prévention de telle ou telle maladie. Exemple, l’étude SU.VI.MAX.
 
Flavonoïdes : groupe de molécules, faisant partie des polyphénols, fabriquées uniquement par les végétaux. Ce sont notamment des antioxydants, mais ils possèdent de nombreuses autres propriétés.
 
Hygiène de vie : somme de bonnes habitudes qui participent à la gestion du capital santé comme l'exercice physique régulier, l'éviction du tabac, une faible consommation d'alcool, les soins corporels, une bonne qualité du sommeil et de l'environnement proche etc.
 
Gène : unité théorique de mémoire de la cellule qui code sous la forme d’un alphabet à 4 lettres une protéine ou un acide ribonucléique (ARN) nécessaire à cette cellule.
 
Lutéine : pigment qui fait partie d'une famille de pigments appelés caroténoïdes. Elle est capitale pour protéger la macula (centre de la rétine) des ultraviolets. Micronutriment essentiel pour prévenir la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).
 
Lycopène : pigment rouge qui fait partie d'une famille de pigments appelés caroténoïdes. Très présent dans les tomates et les pastèques. Souvent cité comme approprié notamment dans la prévention du cancer de la prostate.
 
Mélanome : cancer développé aux dépens des mélanocytes. Peut se former sur un grain de beauté préexistant. « Le mélanome est le plus grave des cancers de la peau en raison notamment de sa capacité à métastaser. Il est directement lié aux expositions solaires sans protections, d'autres facteurs moins bien connus interviennent également (Source : Institut National du Cancer) ».
 
Métabolisme : ensemble des réactions biochimiques de la cellule qui lui fournissent ses matériaux et son énergie.
 
Micronutriment(s) : se dit des microconstituants, identifiés comme étant actifs sur la santé, contenus dans l'alimentation ou pouvant être apportés sous forme de compléments alimentaires. Exemple : vitamines, oligo-éléments, minéraux, flavonoïdes, phyto-estrogènes...
 
Micronutrition : discipline qui étudie les relations entre les microconstituants d'origine végétale et animale et la santé. Elle fait partie intégrante de la nutrition et poursuit les mêmes objectifs que celle-ci.
 
Minéral (aux) : ce sont des éléments ou corps composés chimiques naturels. Ils sont présents dans l'organisme en quantités beaucoup plus importantes que les oligoéléments et assurent, eux aussi, des fonctions essentielles. L'organisme ne les synthétisant pas, il faut les apporter par l'alimentation. Exemple de minéraux : potassium, calcium, magnésium etc.
 
Mitochondrie : composant de la cellule ou organite où se passent les réactions productrices de l’énergie cellulaire mise en réserve sous la forme de la molécule d’ATP (adénosine triphosphorique) par des réactions d’oxydation aérobie (réduction de l’oxygène).
Nutriment(s) : ce sont les 3 classes d'aliments, glucides (sucres), protéines (viandes, poissons, produits laitiers, céréales, légumineuses, soja...), lipides (graisses).
 
Neurospin : centre de recherche en imagerie cérébrale ouvert en 2007 dans le cadre du CEA à Saclay (Centre de recherche de l’énergie atomique). Il s’agit de la construction d’appareils RMN (résonance magnétique nucléaire) à haute résolution spatiale qui permettent d’étudier le fonctionnement cérébral.

Nutrition : discipline qui étudie les relations entre les aliments et la santé
 
Nutritionnel : synonyme d'alimentation.
 
OGM : organisme génétiquement modifié. Organisme dont le contenu génétique a été modifié par l'ajout d'un ou de plusieurs gènes étrangers afin de lui conférer de nouvelles propriétés transmissibles à la descendance.
 
Oligoélément(s) : éléments chimiques présents à l'état de traces dans l'organisme, qui ne sait pas les fabriquer. Étant donné qu'ils sont indispensables pour assurer certaines fonctions il va falloir, obligatoirement, les apporter par l'alimentation. Exemples d'oligoéléments : fer, iode, cuivre, sélénium, zinc, manganèse, chrome etc.
 
Oxydation : l'oxygène que nous respirons doit être transformé en eau. Mais une partie de l'oxygène inhalé ne subit pas cette conversion. On le sait, l’oxygène entretient la flamme et fait que la bougie se consume. Il en sera de même pour notre corps, qui sous l'effet de l'oxygène non transformé en eau, va se consumer plus rapidement. Ce phénomène participe au vieillissement accéléré ou au développement et/ou à la potentialisation d'un certain nombre de maladies.
 
Pharmacologie : science qui étudie les mécanismes d'interaction entre un principe actif et l'organisme dans lequel il circule.
 
Pharmacologique(s) (doses) : se dit communément de doses beaucoup plus importantes que celles qui pourraient être apportées à travers une alimentation habituelle. Les effets recherchés ne seront pas les mêmes. A doses différentes, effets divers.
 
Placebo : produit ne contenant aucun principe actif et de présentation identique à celle d’un médicament ou d'un produit à tester, administré au groupe témoin au cours d'un essai clinique pour évaluer l'effet que produit psychologiquement sur l'individu le simple fait d'être traité.
 
PSA (Prostate Spécific Antigen) : «  Le PSA n'étant pas spécifique de cancer mais spécifique d'organe, la question posée est à partir de quelle valeur de PSA doit-on effectuer une biopsie prostatique, seule à même de faire le diagnostic de cancer de la prostate ? Le seuil de 4 ng par millilitre représente cette limite décisionnelle clinique déterminée à partir d'une combinaison optimale entre la spécificité et la sensibilité du PSA. Au seuil de 4, la sensibilité pour le diagnostic du cancer de la prostate est de l’ordre de 75 % et la spécificité de l’ordre de 90 %. Au seuil de 4, la valeur prédictive positive est de l'ordre de 30 %, ce qui signifie que, parmi les personnes qui ont un PSA total supérieur à 4 ng par millilitre, 3 sur 10 ont un cancer de la prostate et 7 sur 10 n'en ont pas. La valeur prédictive positive est de l’ordre de 90 %, ce qui signifie que lorsque le seuil de PSA total est inférieur à 4 ng par millilitre, l'absence de cancer de la prostate est réelle dans 9 cas sur 10. La valeur moyenne du taux de PSA dans la population des hommes de moins de 50 ans est de 0,5 ng par millilitre, avec une valeur supérieure à 1,5 ng par millilitre pour 5% de ceux-ci (Source : guide des analyses spécialisées, éditions Elsevier, Pasteur Cerba 2007.
 
Récepteur nucléaire : molécule cytoplasmique ou nucléaire qui après interaction avec une autre molécule dite messager va jouer un rôle dans la traduction de l’ADN en migrant si nécessaire dans le noyau de la cellule.
 
Réseau biologique : niveau d’organisation fonctionnel de la vie qui consiste en la connexion d’unités de même nature et origine (molécules, cellules). Une structure biologique apparente est un réseau stabilisé. Le réseau est la version plus restrictive car plus réelle de la notion théorique de système.
 
Sélénium : oligoélément indispensable devant être apporté par les aliments le contenant ou les compléments alimentaires. Il est, entre autres, le seul stimulant d’une enzyme de défense contre les radicaux libres.
 
Sulforaphane : molécules (isothiocyanates) contenues notamment dans les brocolis… Cette molécule est supposée être intéressante dans la prévention des cancers.
 
Tissu : composant des organes résultant de la réunion de plusieurs types de cellules et de matière intercellulaire dite matricielle. Il remplit un rôle de structure et a une fonction dans l’organisme.
 
 
Valeurs biologiques (les différents modes d'expression) 
Les valeurs biologiques sont exprimées de différentes manières (voir ci-après). De plus elles sont calculées par litre (l), décilitre (dl), millilitre (ml), microlitre (ul), par gramme de… (g) etc.
 
    Microgramme : abréviation ug, est égal à 10-3 g ou 0,001 g.
 
    Micromole : abréviation umol, est égale à 10-6 gou 0,000001 g.
 
    Millimole : abréviation mmol, est égale à 10-3 mole ou 0,001 mole
 
    Milligramme : abréviation mg, est égal à 10-3 g ou 0,001 g
 
    Mole : unité de mesure utilisée de plus en plus fréquemment en biologie = unité légale de quantité de matière. C'est la masse d’une mole d'atome des éléments chimiques concernés. On trouve ces masses molaires dans la classification périodique.
 
    Nanogramme : abréviation ng, est égal à 10-9 g ou 0,000000001 g.
 
Vitamine(s) : elles sont, tout comme les oligo-éléments, présentes dans l'organisme en faibles quantités. N’ayant pas la capacité de les fabriquer et vu leurs interventions essentielles dans différentes fonctions de l'organisme, elles ont obtenu le statut d'éléments indispensables et, de ce fait, elles doivent être apportées par l'alimentation. Néanmoins, l'organisme est en mesure d’en fabriquer deux (les vitamines D et K), mais pas toujours en quantité suffisante. Exemples de vitamines en dehors de celles citées : vitamines A, C, E, B9 etc.
 
Zéaxanthine : pigment qui fait partie d'une famille de pigments appelés caroténoïdes. Elle est capitale, au même titre que la lutéine, pour protéger la macula (centre de la rétine) des ultraviolets. Tout comme la lutéine, la zéaxanthine est un micronutriment essentiel pour prévenir la dégénérescence maculaire liée à l'âge.

 
 
 

    © desirsdesante.com
    Mentions légales